Veux-tu dîner avec moi ? – Maxime MORIN

C’est dans le cadre d’une lecture inversée sur le groupe Facebook « Thrillers & Vous » que mon binôme, Maxime Morin, m’a permis de découvrir son premier roman, « Veux-tu dîner avec moi ? paru aux Éditions De Mortagne fin 2017.

« Veux-tu dîner avec moi ? »

Forcément, quand on m’invite à manger, je ne dis jamais non ! Je lis le pitch, une prise d’otage dans un bus… Ok, ça peut être sympa ! Mais alors, quelle est l’accointance entre le titre et l’histoire ? Bizarre… Bon, assez perdu de temps, il est l’heure de monter dans le bus… c’est parti !

4ème de couverture :

CERTAINS NE MÉRITENT PAS UNE SECONDE CHANCE..

Maxence Verlomme a récemment vu sa vie s’effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s’est brisée avec l’annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché.

Ayant enterré Marion le matin même, l’homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d’un autobus fuyant la capitale.

Deux ravisseurs, neuf otages. Lorsque le premier captif est ramené sain et sauf à son domicile par ses bourreaux, plutôt que de profiter de sa liberté, il préfère se tirer une balle en pleine tête. Dès lors, chacun comprend que le danger ne se trouve pas à l’intérieur du bus, mais bien à l’extérieur.

Un road trip macabre où chaque arrêt se révèle fatal. Et, quand les affres du passé resurgissent, le compte à rebours est déjà lancé, ne laissant à Verlomme que peu de temps pour découvrir le lien qui les unit tous.

A la fin du voyage, la rédemption. Ou bien la mort.

L’histoire

Et ça démarre sur les chapeaux de roue, car la prise d’otage dans le bus démarre très rapidement ! J’ai beaucoup aimé ce début très accrocheur, car on entre dans le vif du sujet dès la fin du premier chapitre ! Point de mise en place de quoi que ce soit pour faire monter la tension petit à petit, le suspens pointe son nez direct !

Effectivement, c’est le jour même de l’enterrement de Marion que Max se réveille dans ce fameux bus, avec 8 autres otages qu’il ne connaît pas du tout. Quand le premier détenu est déposé devant chez lui, celui-ci se suicide d’une balle dans la tête. Pourquoi a-t-il fait ça, alors que les ravisseurs ne semblaient pas vouloir s’en prendre à lui ?

Mais le bus continue de sillonner la France afin de déposer chacun des otages devant leur domicile. Contre toute attente, d’autres détenus auront également des réactions quelque peu violentes, ce qui inquiète forcément les otages restants, qui appréhendent leur tour… Vont-ils eux aussi être victimes de ces réactions bizarres ?

Max, à l’aide d’un vieux assis à ses côtés, va tenter de comprendre le lien qu’il y a entre les différents captifs, ainsi que l’intérêt qu’ont les ravisseurs à les relâcher directement chez eux, sachant qu’en toute logique, ils préviendraient immédiatement la police pour les informer de cette prise d’otages… Max n’a pas le choix, il doit démêler cette histoire s’il espère survivre et sauver un maximum de ses camarades retenus prisonniers avec lui.

Un premier roman très prometteur…

Pour son premier roman, Maxime Morin ne fait pas dans la dentelle… Il mêle ici psychologie et horreur… (Oui, le Marchand de sable que traquait Max Verlomme n’est pas un enfant de chœur, il fait des choses assez dégueulasses !)

Au-delà de cette prise d’otage dans le bus, le récit est régulièrement parsemé de flashbacks, nous dévoilant les dessous de l’enquête sur le Marchand de sable, ainsi que la vie personnelle de Max, et notamment le parcours médical de sa femme Marion.

Ces flashbacks nous permettent de mieux connaître Maxence Verlomme, tant le policier que l’époux. Max est un personnage extrêmement bien travaillé, et les descriptions faites par l’auteur, loin d’êtres inutiles, dépeignent avec intensité les sentiments et les émotions de ce personnage malmené du début à la fin du roman. C’est tellement réaliste… Forcément on s’attache à lui, on souffre avec lui, et on assiste, impuissants, à sa descente aux enfers.

Et cette fin… on en parle ??? Non mais MAXIME, qu’est-ce qui t’a pris de faire ça ? Tu ne peux pas nous balancer un twist final de cette trempe et apposer le mot « Fin » comme ça, l’air de rien !!!

Bon ok, j’avoue… la fin est juste ÉNORME !!! J’ai adoré !!! Tu aurais difficilement pu faire mieux pour clôturer cette histoire de fou !!!

Bon, et si on met de côté l’histoire, ce roman a plusieurs qualités que n’ont pas tous les premiers romans de jeunes auteurs.

Par exemple, j’ai beaucoup aimé ces petites phrases d’accroche pour maintenir le suspens à chaque fin de chapitre, et nous pousser à poursuivre notre lecture, encore et encore. Certes, plusieurs auteurs le font, (je pense notamment à Niko Tackian dans Avalanche Hôtel), mais j’avoue que ce procédé fonctionne très bien avec moi.

On sent également l’effort de l’auteur quant à l’utilisation d’un vocabulaire riche et varié. Cependant, il a su, à mon sens, trouver le juste milieu afin de ne pas rendre l’écriture pompeuse.

La plume de Maxime est donc plutôt fluide et agréable, et je dirais même qu’elle monte en puissance dans la seconde partie du roman. Là où d’habitude on sent l’évolution d’un auteur entre deux romans, j’ai ici senti une évolution au sein même du récit, entre la première et la seconde moitié. C’est comme si une certaine pression était retombée dans l’écriture de la seconde partie, libérant tout le potentiel de Maxime.

Conclusion

C’est un excellent premier roman que nous livre Maxime, avec une écriture très agréable et qui va sûrement encore s’affirmer avec le temps, doublée d’une histoire originale et très bien menée.

Si vous cherchez une histoire qui sort complètement de l’ordinaire, avec des personnages attachants (ou pas !), du suspens, un peu d’hémoglobine, beaucoup de folie, le tout enrobé par une plume nouvelle et plutôt agréable, vous venez de trouver votre bonheur ! Courez vite acheter « Veux-tu dîner avec moi » ! Quant à moi, je vous laisse… J’ai adoré cette lecture !! Mais rien que de repenser à la fin du roman… je crois que je vais me remettre en PLS pendant quelques jours !!!

Maxime, c’est un réel plaisir de découvrir de nouveaux auteurs comme toi qui nous servent un premier livre très qualitatif ! Pour un premier roman, c’est une vraie réussite !! D’ailleurs, si on ne m’avait pas dit que c’était ton premier bébé, j’aurais cru que tu n’en étais pas à ton coup d’essai ! 😉

Moralité n°1 : J’ai hâte de lire ton prochain roman !

Moralité n° 2 : Ne plus accepter aucune invitation à manger !

4 réflexions sur “Veux-tu dîner avec moi ? – Maxime MORIN

  1. Waouh quelle chronique ! Là, c’est toi qui m’a mis en PLS ! Que dire à part un grand merci à toi pour ta confiance. Quant à la fin, il fallait au moins ça pour une psychopathe dans ton genre ! Heureux que mon thriller t’ait plus, je dis à bientôt pour un second roman… Dès que tu auras retrouvé l’appétit 😉

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s